Air Open

Partager

Air open, le podcast tennis de L’Équipe : Wimbledon, so special

Il n’occupe l’esprit des joueurs et des joueuses que six semaines par an, pourtant le gazon fascine et celui de Wimbledon subjugue. Qu’est-ce que la levée britannique du Grand Chelem a de si spécial ?

Pudique, élégant, c’est un vieux monsieur qui ne fait pas son âge. Né en 1877, le tournoi de Wimbledon a jalousement préservé ses traditions tout en épousant la modernité, entre tenues en blanc et Hawk-Eye, entre interdiction des perches à selfie sur le Centre court et toit installé sur cette même enceinte, dès 2009. Pourquoi cette singularité donne-t-elle tant de saveur au succès sur les pelouses londoniennes ?

Alors que le tournoi débute ce lundi 1er juillet, que le tenant du titre, Novak Djokovic, fourbit ses armes à l’entraînement et que l’octuple vainqueur du Championship, Roger Federer, emmagasine la confiance avec un dixième titre à Halle, que devient Rafael Nadal ? Comment l’Espagnol, victorieux pour la douzième fois Porte d’Auteuil, a-t-il assuré la transition vers l’herbe ? Peut-il s’imposer comme en 2008 et 2010 ?lire aussi

Enfin, retour sur le choix de Pierre-Hugues Herbert de disputer le double avec le revenant, Andy Murray. L’Alsacien voulait se consacrer au simple à Roland-Garros comme à Wimbledon et avait donc refusé de s’associer à son partenaire historique, Nicolas Mahut. Qu’est-ce qui l’a poussé à prendre cette décision ? Est-ce que cela pourrait laisser des traces entre les deux Français ?

Animé par Antoine Benneteau, avec Vincent CognetQuentin Moynet (à Londres, par téléphone) et Julien Reboullet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *